Les Casse-têtes de la Langue Française : L'Art de la Ponctuation

blog blabla

Faut-il un espace avant un point d’interrogation ? Combien y a-t-il de points de suspension ? Quelle est la différence entre les guillemets à la française et à l’anglaise ? Peut-on mettre plusieurs points d’exclamation à la suite ? Et j’en passe…

 

Il est temps de mettre les choses au clair et c’est ce que je vous propose tout de suite ! C’est parti !

La ponctuation, à quoi ça sert ?

Je ne vais pas beaucoup m’étendre à ce propos et partir du principe que vous savez quand mettre tel ou tel signe de ponctuation dans vos phrases. Mais je précise tout de même que la ponctuation sert avant tout à retranscrire les oscillations de la voix. À l’oral, pour se faire comprendre, on change d’intonation suivant qu’on pause une question ou qu’on affirme simplement quelque chose. À l’écrit, c’est la ponctuation qui se charge de remplacer ces changements de ton pour que la phrase soit comprise.

La ponctuation simple (point, virgule)

image machine à écrire - blog marie fananas écrivain

Le point « . » et la virgule « , » s’écrivent sans espace avant et avec un espace après :

[texte][virgule][espace][texte]

Les cas de l’apostrophe, du « slash » ou barre de fraction et du trait d’union

L’apostrophe « ’ », la barre de fraction « / », et le trait d’union « - » s’écrivent sans espace avant ou après eux :

 

[texte][apostrophe][texte] 
[texte][slash][texte]
[texte][trait d’union][texte]

 

Attention à ne pas confondre le trait d’union avec le tiret. Ce dernier est traité plus bas.

La ponctuation double (point-virgule, deux-points, points d’exclamation…)

image machine à écrire flou - blog marie fananas écrivain

Le point-virgule « ; », les deux-points « : », le point d’exclamation « ! » et le point d’interrogation « ? » s’écrivent avec un espace avant et après eux :


[texte][espace][point-virgule][espace][texte]
[texte][espace][deux-points][espace][texte]
[texte][espace][point d’exclamation][espace][texte]
[texte][espace][point d’interrogation][espace][texte]


Le point-virgule, c’est le compromis entre la virgule et le point, quand la pause est plus importante qu’avec une virgule mais pas assez pour mettre un point. Il s’utilise aussi dans les énumérations introduites par un deux-points :


Ex. : Ingrédients :
-    quelques crêpes ;
-    un pot de nutella ;
-    une bombe de chantilly.


Les points d’exclamation et d’interrogation ne s’écrivent jamais sans espace avant eux en français. Mais ils ont la même règle que le point en anglais. C’est pour cela que l’erreur est assez courante. On voit souvent « Hey! Ça va? » au lieu de « Hey ! Ça va ? ». J’ai personnellement tenté de l’expliquer à mon téléphone portable mais il est complètement borné sur ce point…

 

De la même manière, j’ai essayé de faire comprendre à mon traitement de texte qu’il y a une majuscule après un point d’interrogation ou d’exclamation quand ces derniers terminent une phrase ; mais il est aussi borné que mon mobile…
En ce qui concerne la succession des signes de ponctuations tels que « ?! », « !!! » ou « ??? », le bon français veut qu’ils n’aient aucune raison d’être. En effet, le point d’exclamation marque aussi bien la surprise, l’exaspération, l’admiration… ; nul besoin donc, de lui ajouter un point d’interrogation. En gros, si on met les deux, c’est qu’on ne sait pas lequel est le bon. Ça peut faire mauvais effet…

En revanche, si vous écrivez moins conventionnellement sur des forums, chats et autres, je vous laisse lire cet article.

Le cas des points de suspension

Attention ! Message spécial à tous les excités du point : les points de suspension « … » ne sont que trois. Ni plus ni moins, messieurs, dames. Et pour bien les utiliser, il convient de ne mettre aucun espace avant mais un espace après.


[texte][points de suspension][espace][texte]


La seule exception avec les points de suspension est quand ils sont entre crochets « [] », c’est-à-dire qu’ils marquent une coupure dans la citation originale. Dans ce cas-là, comme vous pouvez le voir, il n’y a pas d’espace après les points de suspension.

Le cas des parenthèses et crochets

En dehors de l’utilisation que je viens de décrire pour les crochets, ces derniers servent essentiellement à remplacer les parenthèses à l’intérieur d’autres parenthèses.


Ex. : (Albert Camus [1913 – 1960] a obtenu le prix Nobel de littérature en 1957)


Mais j’ai trouvé des textes où se sont des parenthèses qui sont utilisées à la place des crochets à l’intérieur des parenthèses. Les deux versions sont possibles.


Bref, la règle de base pour les parenthèses et les crochets c’est : un espace avant et après, pas d’espace au milieu.


[texte][espace][parenthèse ouverte][texte][parenthèse fermée][espace][texte]
[texte][espace][crochet ouvert][texte][crochet fermé][espace][texte]


Retenez néanmoins que si les parenthèses ou crochets sont suivis d’un signe de ponctuation, c’est la règle du dernier signe qui s’applique. Je veux dire par là qu’aucun espace n’est présent entre une parenthèse fermée et un point. On écrit « c’est la fin (hélas). » et pas « c’est la fin (hélas) . ». C’est la même chose avec la virgule.


Enfin, pour compliquer un peu plus, il existe une autre occasion où les parenthèses s’écrivent sans aucun espace. Quand un mot au pluriel peut être au masculin ou au féminin, on met le « e » entre parenthèses et on y colle ensuite le « s » sans ajouter d’espace.


Ex. : Passionné(e)s de littérature, cet ouvrage saura vous séduire.

Les joies du dialogue (guillemets, tirets, etc.)

image panneaux directionnels - blog marie fananas écrivain

La ponctuation spécifique aux dialogues mérite toute une partie. C’est dire s’il y a de quoi s’arracher les cheveux… Néanmoins, je vais essayer d’être la plus claire possible.

 

Premier point positif, les deux-points « : » sont traités plus haut, donc nul besoin de revenir dessus. Second point positif, les guillemets à l’anglaise ou guillemets droits “ ” fonctionnent de la même façon que les parenthèses. Je vous renvoie donc à celles-ci pour savoir comment les utiliser.


Il nous reste donc les tirets et les guillemets français, c'est-à-dire « ».


Les tirets servent à marquer le changement d’interlocuteur. Ils se placent en début de ligne et sont suivis d’un espace. La plupart des traitements de texte les mettent en retrait par défaut mais ce n’est pas une obligation.


[tiret][espace][texte]


Les guillemets à la française « » encadrent les paroles. Ils s’écrivent avec un espace avant et après eux.


[texte][espace][guillemets ouverts][espace][texte][espace][guillemets fermés][espace][texte]


Traditionnellement, on ouvre les guillemets au début du dialogue et on ne les ferme qu’à la fin ; inutile d’ouvrir et fermer les guillemets à chaque phrase. La première personne à parler n’a pas besoin de tiret. Et pour préciser qui parle, on insère une courte phrase entre virgules à l’intérieur des guillemets.


Ex. : Ils s’assirent sur le divan :
« Comment allez-vous, aujourd’hui ?
-    Bien mieux, répondit-elle.
-    Cette réponse me ravit ! »


Si le dialogue n’est pas terminé mais qu’on insère un paragraphe de texte entre deux parties du discours, les guillemets seront fermés avant ce paragraphe et ré-ouverts ensuite, comme s’il s’agissait de deux dialogues distincts.


S’il ne s’agit pas d’un dialogue mais seulement d’une phrase rapportée, on ferme les guillemets avant de préciser qui parle entre virgules, puis on les rouvre.


Ex. : « Je suis très content de mes joueurs », a déclaré l’entraineur. « Ils ont appliqué mes consignes. »


De la même façon qu’on met des crochets à l’intérieur des parenthèses pour ne pas les répéter, on utilise les guillemets à l’anglaise “ ” à l’intérieur des guillemets français « » s’il y a besoin. Suivant les traitements de texte, ce sont les guillemets français ou anglais qui sont programmés par défaut. Si vous voulez vous servir des autres, cherchez à insérer un symbole et les caractères spéciaux (dont les guillemets font partie) ne seront généralement pas loin.

Les interférences entre ponctuations

Plusieurs règles s’entrechoquent dans la ponctuation des dialogues. Qui l’emporte ?


« celui qui parle est entre virgules » /vs/ « jamais deux signes de ponctuation à la suite »


Je viens de dire qu’on insérait entre virgules la courte phrase qui précise qui parle. Mais je vous affirme aussi que les points et virgules ne s’accumulent pas les uns derrière les autres. On n’écrit pas « !, » ou « ?. » ou encore « :! », n’est-ce pas ?
Par conséquent, quand on introduit la bien-nommée « courte phrase » à la suite d’une exclamation ou d’une question, la virgule saute.


On ne met pas : « Bien mieux !, répondit-elle. » mais : « Bien mieux ! répondit-elle. »


« on ferme les guillemets à la fin du dialogue » /vs/ « on ferme les guillemets avant de préciser qui parle »


Dans un dialogue avec des tirets, on ferme les guillemets à la dernière phrase. Cependant, les guillemets encadrent les paroles. Du coup, si la dernière phrase se termine en précisant qui parle (et seulement dans ce cas), les guillemets se ferment avant cette précision.


Ex. 1 :
« Comment allez-vous, aujourd’hui ?
-    Bien mieux, répondit-elle.
-    Cette réponse me ravit ! »
Ex. 2 :
« Comment allez-vous, aujourd’hui ?
-    Bien mieux », répondit-elle.


« on met le point avant de fermer la parenthèse » /vs/ « on met le point après avoir fermé la parenthèse »


Dans les pièces de théâtre (mais pas seulement dans celles-ci), on trouve souvent des indications entre parenthèses sur la façon dont parle un personnage ou ses gestes, etc. Se pose alors la question d’où placer le point. Et la réponse n’est pas si complexe. En fait, le point termine la phrase. Par conséquent, si les parenthèses contiennent une phrase entière, le point se place avant de les fermer. Sinon, il se place après.


Ex. : Je m’en vais ! (Il claque la porte.)
Je m’en vais ! s’écria-t-il (en claquant la porte).

Bonus : comment savoir si on a des espaces en trop dans un traitement de texte ?

Quelque part dans la barre de menu, la barre d’outils ou autre ruban des traitements de texte, se trouve le symbole barbare « pied-de-mouche » qui ressemble à « ¶ ». C’est le pictogramme des marques de mise en forme. En cliquant dessus, tous les espaces se remplissent de symboles :

 

  • « • » : indique un espace, si vous en voyez plusieurs à la suite, c’est que vous avez des espaces en trop ;
  • « ° » : indique un espace insécable, c’est-à-dire que ce qui le suit ne pourra pas être sur une autre ligne que ce qu’il précède. On le crée en appuyant sur [ctrl]+[shift]+[barre d’espace] ;
  • « ¶ » : indique la fin d’un paragraphe.


Il en existe bien d’autres : la flèche à droite montre la tabulation, la flèche à gauche symbolise un retour à la ligne sans changement de paragraphe, etc. En activant cette fonction, on voit aussi les sauts de ligne, de page, de section… Elle s’avère parfois bien utile, si l’on prend le temps de se familiariser avec elle. Et puis, pas de panique, ces petits symboles restent invisibles quand on imprime le document.

 


En fin de compte, la ponctuation est essentielle pour la compréhension d’un texte, quel qu’il soit. Mais ce n’est pas tout de savoir l’utiliser, il faut aussi savoir l’écrire. J’espère que tout ce qui précède vous évitera des impairs.

S’il reste des questions en suspens, laissez-les-moi en commentaires. J’essaierai d’y répondre.

 


Sources :


Écrire commentaire

Commentaires : 0