Salon du livre jeunesse "Frisson" à Bordères 2015

blog livres

En 2014, le salon du livre jeunesse de Bordères marquait le lancement de mon premier ouvrage « Les Oubliés » tome 1. Cette année, je suis venue y présenter le tome 2 avec les Éditions Thalie, maison d’édition associative basée à Oloron Ste Marie.

 

Nouvel emplacement du stand, un catalogue étoffé d’un livre supplémentaire, une équipe motivée et un salon placé sous le signe de la rigolade « Frisson se fend la poire » : tous les éléments étaient réunis pour un week-end intéressant !

Frisson se fend la poire : le salon 2015

affiche salon frisson Bordères 2015 - blog marie fananas écrivain

Comme chaque année depuis 16 ans, le salon de Bordères centré sur les livres jeunesses accueille une multitude d’auteurs et d’illustrateurs du samedi après-midi au dimanche soir. Cette année ils sont plus d’une trentaine dont 13 qui se sont baladés dans une cinquantaine de classes pour présenter leurs ouvrages aux enfants.

 

Tout au long des deux jours, les conférences, ateliers et lectures dans les caravanes se succèdent. L’affluence dans le salon est plus que raisonnable mais l’âge moyen est bien plus jeune que le public visé par les éditions Thalie, à savoir les ados !


Pour ce qui est des détails du programme de ces deux journées, voilà le lien vers le site du salon : http://frissonsaborderes.free.fr/spip.php?article85


Et comme la presse en a parlé aussi, voici le lien vers l’article en question : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/10/16/borderes-des-livres-pour-se-fendre-la-poire,1282404.php

 

Retour d’expérience : la poire à moitié fendue

image stand éditions thalie Bordères salon livre jeunesse 2015 - blog marie fananas écrivain

Que s’est-il passé pour les Éditions Thalie et moi durant ce week-end de salon à Bordères ? Comprendrons-nous un jour ?


Pour Thalie, il s’avère que le salon s’est terminé en demie teinte en termes de vente cette année, mais peut-être ne sommes-nous pas les seuls ? Peu de livres ont pris leur envol vers d’autres foyers que le siège des éditions… Pourtant tous les critères semblaient favorables au premier abord : le stand était placé dans l’allée centrale, au milieu d’autres éditeurs, nous avions une nouveauté à présenter, le salon s’était merveilleusement passé l’année précédente et même la météo qui prévoyait de la pluie a été clémente et nous a laissé profiter de quelques rayons de soleil. Bref, incompréhension totale de l’équipe. On est parti trop confiant, visiblement.


Pour ma part, je vais choisir de ne garder en mémoire que les bons moments ! Un peu de positivisme, que diable ! Je n’ai pas fait que m’ennuyer et avoir froid sur ce salon ! Les crêpes étaient super bonnes, les organisateurs accueillants et aux petits soins pour nous, j’ai fait de jolies rencontres, certaines complètement inattendues. Parmi les jeunes qui se sont arrêtés sur le stand, j’ai pu discuter avec de futurs écrivains ou dessinateurs et leurs parents emballés par le nouveau concept de lecture des Éditions Thalie. C’est agréable d’entendre les gens vous dire qu’ils se souviennent de vous l’année dernière ou qu’ils prennent un prospectus pour en parler autour d’eux.


Dans les leçons à tirer de cette expérience, je dirai… qu’il vaut mieux ne rien attendre de spécial d’un salon et voir sur le moment quelle est l’ambiance. Je pense aussi qu’un salon n’est pas un marché aux livres et que l’essentiel est de montrer qu’on est présent, faire en sorte que les visiteurs se souviennent de nous et que les autres exposants et invités apprennent à nous connaître. Pour ma part, je pense que je n’ai pas été assez curieuse, je n’ai pas assez discuté avec les autres écrivains présents. Il va vraiment falloir que j’apprenne à aller au-delà de ma timidité.



Au final, le salon du livre jeunesse Frisson à Bordères était réussi, bien organisé et fréquenté cette année encore. Le temps était au rendez-vous malgré les prévisions. Mais les Éditions Thalie n’ont pas autant attiré les visiteurs que l’an dernier.

À quoi la faute ? Mystère et boule de gomme !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0